Textes applicables aux mineurs étrangers

Les textes applicables aux mineurs étrangers isolés

Placement en zone d’attente

Article L.221-5 Code de l’entrée et du séjour des étrangers en France et du droit d’asile
Art. L.221-5 CESEDA (Loi du 24 juillet 2006)
« Lorsqu’un étranger mineur non accompagné d’un représentant légal n’est pas autorisé à entrer en France, le procureur de la République, avisé immédiatement par l’autorité administrative, lui désigne sans délai un administrateur ad hoc. Celui-ci assiste le mineur durant son maintien en zone d’attente et assure sa représentation dans le cadre des procédures administratives et juridictionnelles afférentes à son entrée en France.
L’administrateur ad hoc est désigné par le procureur de la République compétent sur une liste de personnes morales ou physiques dont les modalités de constitution sont fixées par décret en conseil d’Etat. Ce décret précise également les conditions de leur indemnisation. »
Maintien en zone d’attente

Article L.223-1 CESEDA
Art. L.223-1 CESEDA (version en vigueur au 1er mars 2005)
« Pendant toute la durée du maintien en zone d’attente, l’étranger dispose des droits qui lui sont reconnus à l’article L. 221-4. Le procureur de la République ainsi que, à l’issue des quatre premiers jours, le juge des libertés et de la détention peuvent se rendre sur place pour vérifier les conditions de ce maintien et se faire communiquer le registre mentionné à l’article L. 221-3. Le procureur de la République visite les zones d’attente chaque fois qu’il l’estime nécessaire et au moins une fois par an. Tout administrateur ad hoc désigné en application des dispositions de l’article L. 221-5 doit, pendant la durée du maintien en zone d’attente du mineur qu’il assiste, se rendre sur place. Un décret en Conseil d’Etat détermine les conditions d’accès du délégué du haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés ou de ses représentants ainsi que des associations humanitaires à la zone d’attente. »
Demande d’asile sur le territoire

Article L.751-1 CESEDA
Art. L.751-1 CESEDA (version en vigueur au 1er mars 2005)
« Lorsque la demande d’asile est formée par un mineur sans représentant légal sur le territoire français, le procureur de la République, avisé par l’autorité administrative, lui désigne un administrateur ad hoc. Celui-ci assiste le mineur et assure sa représentation dans le cadre des procédures administratives et juridictionnelles relatives à la demande d’asile.
L’administrateur ad hoc nommé en application de ces dispositions est désigné par le procureur de la République compétent sur une liste de personnes morales ou physiques dont les modalités de constitution sont fixées par décret en Conseil d’Etat. Ce décret précise également les conditions de leur indemnisation.
La mission de l’administrateur ad hoc prend fin dès le prononcé d’une mesure de tutelle. »
FE.N.A.A.H. 108

Procédure d’établissement des listes d’administrateur ad hoc

 

Articles R111-13 à R111-18 CESEDA
Art. R111-13 CESEDA (version en vigueur au 15 novembre 2006)
« Il est dressé tous les quatre ans, dans le ressort de chaque cour d’appel, une liste des administrateurs ad hoc désignés pour la représentation des mineurs maintenus en zone d’attente ou demandeurs du statut de réfugié en application des dispositions des articles L. 221-5 et L. 751-1. Cette liste peut, en tant que de besoin, faire l’objet de mises à jour.
La liste des administrateurs ad hoc est tenue à la disposition du public dans les locaux du secrétariat-greffe de la cour d’appel et des tribunaux de grande instance. Elle peut également être affichée dans ces locaux. »
Art. R111-14 CESEDA (version en vigueur au 15 novembre 2006)
«Une personne physique ne peut être inscrite sur la liste que si elle remplit les conditions suivantes :
1° Etre âgée de trente ans au moins et soixante-dix ans au plus ;
2° S’être signalée depuis un temps suffisant par l’intérêt qu’elle porte aux questions de l’enfance et par sa compétence ;
3° Avoir sa résidence dans le ressort de la cour d’appel ;
4° N’avoir pas été l’auteur de faits ayant donné lieu à condamnation pénale ou à sanction disciplinaire ou administrative pour agissements contraires à l’honneur, à la probité ou aux bonnes moeurs ;
5° N’avoir pas été frappée de faillite personnelle ou d’une autre sanction en application du livre VI du code de commerce relatif aux difficultés des entreprises. »

Art. R111-15 CESEDA (version en vigueur au 15 novembre 2006)
« En vue de l’inscription d’une personne morale sur la liste d’administrateurs ad hoc, il doit être justifié :
1° Que les dirigeants de la personne morale remplissent les conditions prévues aux 4° et 5° de l’article R. 111-14 ;
2° Que chacune des personnes susceptibles d’exercer pour le compte de la personne morale une mission d’administrateur ad hoc remplit les conditions prévues audit article. »

Art. R111-16 CESEDA (version en vigueur au 15 novembre 2006)
« Les demandes d’inscription sont adressées au procureur de la République près le tribunal de grande instance dans le ressort duquel le candidat a sa résidence. Le procureur instruit les demandes. Il recueille l’avis du juge des tutelles, du juge des enfants, du juge des libertés et de la détention, du président du conseil général et du directeur régional de la protection judiciaire de la jeunesse. Il transmet le dossier, pour avis de l’assemblée générale de la juridiction, au président du tribunal de grande instance.
Le procureur de la République transmet ensuite le dossier avec l’avis de l’assemblée générale du tribunal au procureur général qui en saisit le premier président de la cour d’appel aux fins d’examen par l’assemblée générale de la cour.
L’assemblée générale dresse la liste des administrateurs ad hoc, après avoir entendu le magistrat chargé du rapport et le ministère public. »

Art. R111-17 CESEDA (version en vigueur au 15 novembre 2006)
« Tous les quatre ans, les administrateurs ad hoc figurant sur la liste prévue à l’article R. 111-13 formulent une nouvelle demande d’inscription qui est instruite conformément aux dispositions de l’article R. 111-16. Ils justifient à cette occasion qu’ils ont respecté les obligations résultant des missions qui leur ont été confiées, et notamment celles qui figurent à l’article R. 111-19. »

Art. R111-18 CESEDA (version en vigueur au 15 novembre 2006)
« La radiation d’un administrateur ad hoc peut être prononcée chaque année par l’assemblée générale de la cour d’appel, soit à la demande de l’intéressé, soit sur l’initiative du premier président ou du procureur général après que l’intéressé a été mis à même de présenter ses observations, dès lors que l’une des conditions prévues aux articles R. 111-14 et R. 111-15 cesse d’être remplie ou que l’administrateur ad hoc n’a pas respecté les obligations résultant de sa mission. En cas d’urgence, et après avoir mis l’intéressé en mesure de présenter ses observations, le premier président peut prononcer, à titre provisoire, la suspension de l’administrateur ad hoc. Les décisions prises en vertu du présent article ne peuvent donner lieu qu’à un recours devant la Cour de cassation dans un délai d’un mois suivant leur notification. »
Rapport de fin de mission

Article R111-19 CESEDA
Art. R111-19 CESEDA (version en vigueur au 15 novembre 2006)
« Dans le mois de l’achèvement de chaque mission, l’administrateur ad hoc transmet au procureur de la République un rapport détaillant les démarches effectuées et, le cas échéant, aux fins d’assurer au mieux sa protection, les éléments d’information recueillis sur le mineur. »

Indemnisation de l’administrateur ad hoc

 

Articles R93 et A43-11 Code de procédure pénale et R111-20 CESEDA
Art. R93 CPP (modifié par le décret du 30 juillet 2008)
« Sont en outre, assimilées aux frais de justice criminelle, correctionnelle et de police, les dépenses qui résultent :
(…)*22° Des indemnités des administrateurs ad hoc désignés pour assurer la représentation des mineurs étrangers isolés en application des dispositions prévues à l’article R. 111-20 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile. »

Art. R111-20 CESEDA (Décret du 30 juillet 2008)
« En sus du remboursement de ses frais de déplacement, calculés dans les conditions fixées pour les déplacements des personnels civils de l’Etat pour le ministère de la justice, il est alloué à chaque personne désignée en qualité d’administrateur ad hoc lorsqu’elle figure sur la liste prévue à l’article R. 111-13 :
1° Une indemnité au titre des frais exposés pour l’assistance du mineur durant son maintien en zone d’attente et sa représentation dans toutes les procédures administratives et juridictionnelles relatives à ce maintien ainsi que celles afférentes à son entrée sur le territoire national en vertu des dispositions du titre II
du livre II et de l’article L. 624-1 du présent code et des articles L. 521-1, L. 521-2 et L. 521-3 du code de justice administrative ;
2° Une indemnité au titre des frais exposés pour l’assistance du mineur et sa représentation dans la procédure relative à l’examen de sa demande d’asile par l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides en application des dispositions du livre VII du présent code ;
3° Une indemnité au titre des frais exposés pour l’assistance du mineur et sa représentation dans les procédures relatives à l’examen de sa demande d’asile devant la Cour nationale du droit d’asile et devant le Conseil d’Etat, en application des dispositions du livre VII du présent code.
Une indemnité de carence est allouée lorsque la mission n’a pu être réalisée pour une cause étrangère à l’administrateur ad hoc, sur la base d’un rapport indiquant les diligences accomplies, dans les conditions définies à l’article R. 53-8 du code de procédure pénale.
Le montant des indemnités est fixé par arrêté du garde des sceaux, ministre de la justice, et du ministre chargé du budget. »

Art. A43-11 CPP (arrêté du 2 septembre 2008)
« Conformément aux dispositions de l’article R. 111-20 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, le montant des indemnités allouées à la personne désignée en qualité d’administrateur ad hoc dans le cadre d’une procédure de maintien en zone d’attente ou d’une procédure de demande d’asile est fixé ainsi qu’il suit :
150 euros pour l’indemnité prévue au 1° ;
150 euros pour l’indemnité prévue au 2° ;
150 euros pour l’indemnité prévue au 3°.
Le montant de l’indemnité de carence est fixé à 50 euros. »